«

»

Imprimer ceci Article

#defisanssucre2020 : Le bilan de mon mois sans sucre

Ca y est, mon challenge #defisanssucre2020 s’est achevé ! Il est donc temps de faire un état des lieu de ce que cette expérience a pu m’apporter.

défisanssucre022020 C #defisanssucre2020 : Le bilan de mon mois sans sucre

D’un point de vue social

Je n’aurais pas pensé que cet aspect aurait autant d’importance durant cette expérience. Je l’ai clairement sous-estimé.

J’ai eu droit à de nombreuses questions sur mes motivations (avec en première place du podium : « Tu veux maigrir ? » ) mais aussi sur le déroulement de ce mois et sur ce qu’il se passera après.

J’ai parfois eu l’impression d’être une extra-terrestre à vouloir changer mes habitudes alimentaires alors que je n’ai pas de problème de santé ni de poids. En tout cas il est clair que ma décision de supprimer le sucre durant ce mois de février a suscité de nombreuses réactions dans mon entourage. J’en parlais déjà dans mon article sur les astuces pour les repas à l’extérieur.

J’ai quelques fois eu du mal à composer avec l’incompréhension de certaines personnes face à ma démarche. Après tout, même si je suis convaincue des bienfaits d’un tel changement je n’oblige personne à me suivre. Pourquoi ne pas simplement me laisser évoluer comme bon me semble ?

La réponse est simple : si vous supprimez le sucre de votre alimentation, vous sortez du moule ! Vous savez, ce fameux moule de la société qui veut que tout le monde se ressemble et tout le monde fasse pareil. Pour que tout soit toujours bien lisse.

C’est idiot. Après tout on ne parle que de sucre et du contenu de MON assiette.

Mais le sucre accompagne tous les grands moments de notre vie, tout au long de l’année et depuis toujours. Regardez sur un calendrier combien d’évènements chaque année sont associés au sucre : l’Epiphanie, la Chandeleur, Mardi Gras, Pâques, Noël… Rajoutez les anniversaires (gâteaux, bonbons…), les mariages (et leur incontournable pièce montée, clou du spectacle), baptêmes (idem)… j’en passe et j’en oublie. Je pense que j’exagère à peine si je dis que le sucre est au centre de nos vies. Où qu’on aille, il est là !

Et puis l’autre supposition c’est que ça renvoie les gens à leurs propres démons. Ce qu’ils aimeraient bien changer chez eux mais pour quoi ils n’arrivent pas à passer le cap.

A certains moments j’ai eu une pensée pour ces personnes qui essaient d’arrêter l’alcool ou la cigarette : « Allez prends juste un verre ! Tu ne sais pas t’amuser ! » . Et pourtant on sait depuis longtemps que ces produits nuisent à la santé. Alors imaginez avec le sucre, ennemi encore tapis dans l’ombre.

Mais le problème c’est peut-être le fait que j’en aie parlé. C’est vrai, tout mon entourage était au courant de ma démarche. Quand je voyais du monde (surtout pour les repas à l’extérieur), le sujet revenait immanquablement sur la table (c’est le cas de le dire).

Avec les personnes moins proches, qui n’étaient pas au courant de mon expérience, ça se passait différemment. Personne n’a insisté pour que je prenne un dessert lors d’un resto pour le boulot par exemple. Et pourtant j’étais la seule à ne pas en prendre.

Mais peut-être que ces discussions auront au moins enclenché un processus de changement chez certains ou du moins une ébauche de questionnement personnel.

bonbons 3C #defisanssucre2020 : Le bilan de mon mois sans sucre

D’un point de vue physique

J’aurais tendance à dire que c’est là que les effets étaient les plus attendus. Par les autres surtout!

Forcément, d’un regard extérieur il n’y a que sur le physique qu’on peut juger et puis comme pour la plupart des gens régime sans sucre rime avec régime minceur on s’attend à quelques kilos en moins à la fin..

Au risque de décevoir tout le monde je n’ai pas perdu de poids de manière incroyable. Tout juste 500g en moins sur la balance en 1 mois d’éviction du sucre.

Personnellement je ne m’attendais pas à plus impressionnant. Je l’ai déjà dis, je n’ai pas de poids à perdre et je ne faisais pas ce challenge pour maigrir.

Cela dit, je pense que si vous êtes en surpoids, éliminer (ou au moins diminuer) les apports en sucre peut vous aider à perdre du poids. Je précise que je parle toujours des sucres libres (= sucres ajoutés, miel, et jus de fruits) uniquement car il va de soi que votre corps a besoin de glucose pour fonctionner malgré tout et il le puisera alors dans le reste de votre alimentation. Et si en complément vous ajoutez une activité sportive régulière vous avez le combo gagnant pour atteindre vos objectifs. Malheureusement on n’a rien sans rien et si on pouvait perdre du poids en mangeant des oursons à la guimauve devant Netflix ce serait vraiment trop beau.

 

Pas de perte de poids impressionnante donc…

Mais pour autant j’ai pu à mon niveau observer certains changements au niveau de mon corps :

  • Diminution de la masse grasse : Depuis 1 an que je me suis remise au sport j’ai perdu quelques kilos mais mon taux de masse grasse stagne quoi qu’il arrive. Et là, surprise, en 1 mois sans sucre j’ai perdu 2% de masse grasse. Donc à poids quasi égal, j’ai moins de gras. Cool !
  • Diminution des problèmes de peau : Je n’ai pas une peau à forte tendance acnéique mais étant une femme il arrive à certains moments que certains boutons disgracieux refassent surface. Ce mois-ci j’ai pu observer une nette diminution de ces réactions.
  • Ventre plus plat : Sans doute un problème bien féminin là encore. Sans avoir de problèmes de poids j’avais tout de même un complexe avec mon ventre qui gonflait au fil de la journée. Me laissant parfois arriver au soir avec l’impression de finir un 1er trimestre de grossesse. J’ai toujours mis ça sur le fait que je mangeais trop vite, à des horaires irréguliers. C’est vrai que ça doit aussi jouer. Mais j’ai quand même remarqué que depuis que j’ai supprimé le sucre de mon alimentation ce problème est beaucoup moins fréquent. Je me sens mieux, je n’ai plus cette impression de lourdeur en fin de journée.
  • Un meilleur transit : Et c’est peut-être aussi ça qui joue sur le point précédent… J’ai tout de même commis une erreur en 2ème semaine : j’avais introduit le son d’avoine dans mes petits-déjeuners. J’ai eu droit au retour du ventre gonflé et au transit paresseux. Pourtant ce sont des fibres mais à moi elles ne me réussissent pas. Quand j’ai fait le lien j’ai supprimé le son d’avoine et tout est rentré dans l’ordre. Et puis, depuis mon changement de régime alimentaire je mange davantage de fruits, de légumes et surtout je m’hydrate plus. C’est mes intestins qui sont contents !

Ces changements ne sont pas conséquents mais ils restent néanmoins encourageants. Et si certaines choses se voient de l’extérieur, je ne peux m’empêcher de me dire que le plus important se joue à l’intérieur.

collation 1C #defisanssucre2020 : Le bilan de mon mois sans sucre

1 mois sans sucre, et après ?

Qu’est-ce qui a changé en moi durant ce mois sans sucre ? Etait-ce simplement une expérience unique ?

Je ne pense pas.

 

Cette expérience était certes un peu radicale mais j’avais besoin de ça pour prendre conscience de l’impact du sucre dans ma vie.

Je me suis rendue compte que j’avais bien fait de ne pas négliger la phase de préparation. Elle était non seulement nécessaire mais primordiale.

En ce qui me concerne elle a duré plusieurs mois (3 pour être exacte) mais quand je me suis lancée j’étais vraiment prête.

Je n’ai jamais craqué. Pas une seule fois.

Je ne dis pas que je n’ai pas été tentée. Les moments les plus difficiles de la journée pour moi étaient les soirs en rentrant du travail. L’habitude de mon goûter, l’envie de relâcher la pression en mangeant quelque chose. Du sucré de préférence.

Mais heureusement, j’avais anticipé ces pulsions. J’avais toujours sous la main de quoi me faire plaisir sans culpabiliser. Mes galettes à l’avoine et aux graines m’ont bien aidées quand les amandes et noisettes ne suffisaient plus.

J’ai pris conscience que j’avais un travail à faire sur moi-même pour contrôler ces pulsions. Car à ce moment-là je sais que ce n’est pas de la faim mais juste une envie de manger. C’est dans des moments pareils qu’avant je pouvais avaler la moitié d’un paquet de gâteaux sans vraiment être rassasiée.

L’anticipation est donc la clé de la réussite pour ne jamais se laisser prendre au dépourvu.

J’avais déjà l’habitude de planifier mes menus pour la semaine avant ça mais j’y accorde désormais un plus grand soin pour éviter au maximum de recourir aux préparations industrielles souvent trop riches en sucre. J’essaie aussi de m’avancer sur la préparation de certains repas quand j’en ai l’occasion et je me prévois toujours un plan B en cas d’imprévu (un repas à sortir vite fait du congel, une soupe à faire avec des légumes surgelés, une conserve de légumes bien choisie…)

J’ai aussi apporté des modifications au contenu de mes placards en privilégiant les aliments à faible index glycémique notamment en ce qui concerne les farines. J’ai davantage de légumineuses en stock aussi et les fruits à coque et séchés font désormais partie de ma liste de course hebdomadaire.

 

« Et alors, tu vas remanger du sucre après ? »

Je pense que oui, mais différemment.

J’aime trop la nourriture pour me sevrer complètement et je ne peux pas nier mon amour pour les pâtisseries et autres brioches ou viennoiseries.

Mais alors qu’avant je ne pouvais pas commander un plat au restaurant sans avoir préalablement consulté la carte des desserts, désormais je sais que je peux m’en passer. Que ce n’est pas une étape obligatoire lors d’un repas.

 

A la maison je teste de nouvelles recettes de desserts sans sucre ou au minimum moins sucrés, en privilégiant le sucre naturellement présent dans les fruits ou éventuellement le sirop d’agave (qui est un des rares sucre à IG bas).

Mais si un jour j’ai envie de m’acheter un pain au chocolat ou de reprendre une part de dessert alors je le ferai. L’essentiel c’est que ça reste occasionnel et pas habituel.

Enfin, je ne perds pas espoir non plus de faire évoluer les habitudes alimentaires de mes enfants même si avec eux le chemin risque d’être long.

galettes sans sucre avoine et graines 3C #defisanssucre2020 : Le bilan de mon mois sans sucre

Cette expérience m’aura finalement beaucoup appris sur moi-même.

Je ne peux que vous encourager si vous souhaitez vous lancer dans l’aventure à votre tour et je serai ravie d’avoir votre ressenti si vous souhaitez le partager.

Et n’ayez pas peur de l’échec. Le seul vrai échec, c’est de ne rien faire !

Lien Permanent pour cet article : http://www.mespetitsdelices.com/defisanssucre2020-le-bilan-de-mon-mois-sans-sucre/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>